Communiquer

Revue de communication sociale et publique

Revue d'études des phénomènes de communication humains

Accéder au site
Communiquer

Communiquer. Revue de communication sociale et publique contribue à une meilleure compréhension des phénomènes de communication humains. Cette thématique est abordé dans son ensemble, qu'elle soit organisationnelle, interculturelle et internationale, interpersonnelle et de groupe, marketing et publicitaire, politique, ou qu'elle touche à la santé, l'environnement, les technologies, la communication scientifique, les relations publiques. 

Éditeur

Département de communication sociale et publique - UQAM

En savoir plus

Labels

Revue ayant obtenu le label DOAJ

Services

Politique d'accès

Open access

RSS

S'abonner

Contact

riscp@uqam.ca

Informations bibliographiques

Directeur de la publication

Benoit Cordelier

Type de support

Électronique

Etat de la collection

2009-2016

Politique d'édition électronique

Publication en libre accès

Périodicité

semestrielle

Année de création

2009

Date de mise en ligne

22 avril 2015

ISSN format électronique

2368-9587

Langues de publication

Français, English

Politique sur les frais de publication

Frais de publication

non

Frais de soumission

non

Politique d'évaluation

Procédure d'évaluation

évaluation en double aveugle

Délai moyen entre soumission et publication

12 semaines

Coordonnées

Courriel

riscp@uqam.ca

Adresse postale

Communiquer
Département de communication sociale et publique Université du Québec à Montréal Case postale 8888, succursale Centre-ville
H3C 3P8 Montréal (Québec)
Canada

Ville de production

Montréal

Actualités

Nouveau numéro

18 | 2016 – Communications au travail et conception de dispositifs de formation

Couverture Numéro 18 (2016)

Le « tournant praxéologique », issu notamment des sciences de la communication, constitue une voie qui s’est déjà révélée féconde pour examiner en quoi et comment le langage peut être un moyen d’agir avec et sur autrui. Cette conception du langage dans une perspective interactionniste a ainsi contribué à éclairer l’organisation du travail dans différents champs professionnels à travers les échanges entre membres d’un groupe. Ces travaux ont montré comment l’apprentissage d’un métier naît des interactions quotidiennes médiatisées par un contexte socioculturel donné. À travers ce dossier, nous examinons plus avant en quoi l’analyse des situations interactives au travail ou en formation initiale et continue constitue un levier de développement professionnel des opérateurs, débutants ou plus expérimentés, dans les professions supposant de travailler avec et sur autrui. Les contributions de ce dossier thématique abordent différents types de questionnements, notamment en quoi et comment l’analyse de situations de communication au travail peut constituer une médiation pour comprendre l’organisation de l’activité professionnelle dans les métiers adressés à autrui. Elles interrogent également les dispositifs de formation en eux-mêmes, s’intéressant aux rapports entre chercheurs et professionnels, à la possible interfécondation de leurs savoirs respectifs, ou encore aux traces verbales témoignant de leurs effets en ce qui a trait à l’analyse de pratique constructive (ou non) collectivement engagée.

To date, the “praxeological turn” has proven fruitful in examining how language can be a means for acting with and over others. This interactionist perspective on language has thus contributed to clarify how members of a working group organize themselves through exchanges, and this in multiple professional fields. This corpus has shown it is through daily interactions mediated by a given sociocultural context that individual develop their professional skills. In this issue, we examine further this constitutive aspect of interactive situations at work, or in initial and continuing training, for the professionals (beginners or more experienced), assuming that working with and over others is fundamental to these professions.

So doing, the contributions constituting this issue address questions as: how the analysis of communicational situations at work as a mediation contribute to deepen the understanding of the professional activity organization; how training devices themselves contribute to the possible inter-fertilization between professionals and scholars’ knowledge; or, some authors develop further on verbal traces and their effects for the analysis of constructive practices whether or not collectively engaged.